Colère et Espoir60

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

LES USA DÉSESPÈRENT D’UNE BELLIGÉRANCE SALVATRICE Par Habib ABBA-SIDICK

US-army-soldiers-veterans-formation-1728x800_c.jpgLe président Donald Trump à défaut de vaincre l’indicible pouvoir gouvernant les USA depuis leur création en 1776 a permis de le mettre en exergue et de démontrer son ampleur. À l’abri jusqu’alors, ses véritables intentions nous sont révélées, par la détermination des USA à provoquer une belligérance avec la République Populaire de Chine et la Fédération de Russie qu’ils considèrent non comme des adversaires, mais des ennemis entravant leur domination planétaire.

Soit, acceptons le principe et les raisons d’une conflagration militaire entre ces différents belligérants mentionnés ci-dessus. Que reproche-t-on à la République Populaire de Chine et à la Fédération de Russie ? De ne pas adhérer au " Way of Life made in USA " que les américains de gré ou de force veulent imposer à la planète ? C’est leur droit le plus absolu, nonobstant que la propagande nous vantant l’exemplarité des USA, pourrait aussi se targuer de nous informer que selon l’indice relatif au non-emploi, 102 millions d’américains en sont dépourvus et que les USA présentent une créance d’un montant de 20 000 milliards $ qu’ils sont dans l’incapacité de restituer.

L’économie américaine se réduisant à son unique expression financière est inapte à rivaliser avec la République Populaire de Chine ou même avec la Fédération de Russie en terme d’économie productive. Son opulence est factice et ne repose que sur son antériorité se délitant proportionnellement à l’impression de milliards de $ délivrée en continu par la FED dont la valeur est égale à zéro destinée à soutenir des marchés financiers ayant l’obligation de créer des sphères de spéculation (Logement (subprime), Prêts étudiants, acquisition de véhicules, dollar, production d’hydrocarbures, actions d’entreprises), se substituant à la production d’antan sur laquelle était déterminée la valeur de la devise américaine ainsi que celle des autres nations.

La République Populaire de Chine et la Fédération de Russie ont annoncé que désormais leurs transactions internationales seraient réalisées en yuan et en rouble. Ces devises étant dorénavant gagées sur le métal aurifère. Nous rappellerons que les accords de Bretton-woods en 1944 permettaient jusqu’en 1971 à chaque nation possédant des dollars, puisque le dollar était la monnaie de réserve acceptée, de les convertir en métal précieux. Richard Nixon en 1971 décida unilatéralement que la valeur du dollar reposerait sur la production d’hydrocarbures, le pétrodollar, mettant un terme aux principes actés à Bretton-Woods.

Dès lors, on appréhende mieux comment les USA, en 1973, ont délibérément provoqué ce que les physiocrates ont surnommé le premier choc pétrolier et ses conséquences sur la valeur des hydrocarbures dont les variations étaient parallèles à celles du dollar. Lorsque le dollar augmentait, l’OPEP régularisée en diminuant sa production et vice-versa. Évidemment cette politique ne pouvait de la sorte que s’accompagner d’une expansion de l’appareil militaire des USA susceptible de préserver la devise américaine dont l’existence était désormais étroitement liée au contrôle de la production des hydrocarbures par les firmes d’extraction américaines, elles-mêmes propriétés de l’oligarchie Rothschild et de leurs mandataires américains Rockfeller, JP Morgan et consorts.

Cette empire financier détenant Wall-Street et la City, il devenait possible d’induire la financiarisation exclusive d’une économie où l’hégémonie britannico-américaine s’exprimerait sans rivaux. Le continent européen adoubant l’UE, un instrument à la dévotion des USA, le pacte de Varsovie et son pendant économique le COMECON se désagrégeant avec la disparition de l’URSS, la spéculation systémique était désormais l’axe de l’économie et se promettait, à l’instar de l’empire romain ou du Reich allemand, de régner pendant 1000 ans.

La Fédération de Russie et la République Populaire de Chine ont inversé de façon alternative ce processus avec le projet des sentiers de la soie au point d’en réduire, puis d’en entraver son fonctionnement que les USA sont actuellement inaptes à ébranler même si ils utilisaient leur puissance militaire et parvenaient à y inclure le potentiel européen rassemblé dans l’UE sous la houlette d’une Allemagne certes dominatrice, mais dont le point d’inflexion se situe encore et toujours à l’Est et auquel les USA et les britanniques s’opposent et une France encore domestiquée et suiviste malgré les rodomontades d’un président ayant pris ses quartiers atlantistes.

En résumé, les USA sont dans la position désespérante de trouver un prétexte plausible au déclenchement d’une belligérance dévastatrice mais hasardeuse avec ses ennemis, la République Populaire de Chine et la Fédération de Russie, les autorisant à s’extraire de la situation périlleuse que le complexe militaro-industriel et ses alliés ont générée, les menant à la faillite financière que nul est en capacité d’interrompre, pas même la FED. interparagra.gif

Publié le 21 sept. 2017 par Colère et Espoir60

Partage