Colère et Espoir60

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

LE CHEMIN DE FER DE LA RIVIÈRE OISE Par Habib ABBA-SIDICK

logurb2.pngL'intercommunalité préfectorale dans l'Oise que l'on nous promet, à l'instar des préoccupations de classe de ce gouvernement, réaliserait une césure économique, inopportune, car selon que vous serez fortunés ou démunis......

Le remembrement proposait par l'autorité préfectorale méconnaît la dynamique des territoires et leur histoire, en lui opposant le morcellement caractérisé par l'accomplissement de zones dévolues aux édens et des périmètres identiques à des bantoustants. Ainsi à terme se créeraient des réservoirs à main d'œuvre destinés à pourvoir l'île de France et des havres de villégiature où par la grâce de la spéculation immobilière, serait proposé des résidences aux rapports lucratifs.

Le délitement de Pierre sud-Oise serait une entrave aux projets de développement l'associant à la CAC. Car cette discontinuité serait pénalisante concernant une territorialité comme Saint-Leu d'Esserent, dont l'ambivalence juxtapose un fort potentiel industriel, parc à cendres EDF, Le Petit Thérain zone ferroviaire, dont la pérennisation est primordiale, proximité avec la rivière Oise favorisant un attrait touristique non négligeable, trait d'union entre les divers EPCI, Aire Cantilienne, CAC, Ruraloise. Cette dualité pouvant soit à terme être harmonieuse ou préjudiciable car opposable comme le dessein préfectoral le présume. Les politiciens ont une tendance à prétendre exercer un pouvoir tutoyant l'infini. si cependant il est possible par décret de délimiter fictivement un territoire, il est difficile d'en modifier sa géographie physique.

LE PETIT THÉRAIN

petit_therain_et_faisceaux.jpg

Cet aménagement ferroviaire circonscrit sur 6.5 kilomètres déployé sur les communes de Thiverny et de Saint-Leu D'Esserent permet la desserte des quatre points cardinaux du territoire national. Situé à une quarantaine de kilomètres de Gennevilliers et de son installation portuaire, il autorise un tétraflux ferroviaire .

  • À L'Ouest en contournant la région parisienne,
  • À L'Est par sa desserte vers Aulnoye-Aymeries, Tergnier,
  • Au Nord en direction de la métropole Lilloise et Dunkerquoise ainsi que la Belgique et le Bourget via l'embranchement de Longueuil Sainte-Marie,
  • Au Sud via Achères.

perimetre_creil-petit_therain_.jpg

Grâce à cette flèche ferroviaire il existe une continuité économique entre le territoire de la CAC et l'entité Pierre Sud Oise, de même la rivière Oise en parallèle renforce cet ensemble dans l'essor de son développement en devenir.

LE PROJET CAREX

Acronyme désignant le projet Cargo Rail Express dédié aux activités du fret d'origine aérienne acheminé par le TGV, à travers le territoire européen dont les infrastructures ferrées supportent ce matériel.

Les promoteurs de cette initiative issus du Val D'Oise, ont l'ambition à partir de Roissy aéroport de propulser le réacheminement des biens usinés en provenance de différentes parties de la planète à la vitesse du TGV, vers leurs destinations définitives . Le récent acquis par l'agglomération creilloise d'une desserte ferroviaire entre l'aérogare de Roissy et la ville de Creil dont la mise en circulation sera réalisée entre 2017 et 2020, pourrait modifier à terme les ambitions initiales souhaitant que la gare de répartition se situe à Goussainville. Or les dispositions ferroviaires étiques sur cette zone ne permettent pas jusqu'alors que le projet CAREX soit une réalité. Le site du Petit Thérain présente l'avantage de disposer des infrastructures, même si elles requièrent des améliorations techniques, susceptibles d'accueillir ce surplus de production.

Le fret aérien, suppose un convoyage terrestre (vol camionné) entre le périmètre de Roissy et son lieu de transbordement ferroviaire. Dans les conditions actuelles, il ne paraîtrait pas exagéré d'établir sur le petit thérain, l'unité distributrice du réacheminement du fret aérien international en lieu et place de Goussainville, dont la structuration ferrée nécessite d'onéreux investissements.

LE FRET AÉRIEN

Ce secteur d'activité concerne l'expédition aérienne des biens manufacturés issus de la pharmacie, le matériel électrique et technique, l’électroménager, hifi-informatique et le textile. Sa progression s'établirait à 5.8% annuel, en raison principalement de l'intrusion de la chine (40% du négoce mondial en 2010) et de l'Inde dans le négoce international, jusqu'alors réservé aux puissances économiques majeures, en particulier les USA et le continent européen, avec lesquels les flux fret aériens se réalisent. Airbus Industries prévoit une augmentation de 4.7% par an de la flotte des cargos, laquelle en 2006 représentait 1696 appareils et sera de 4250 appareils en 2025. Sur l'axe Asie/Pacifique, 250 appareils cargos actuellement, les prévisions estiment qu'en 2026 il y aura 1412 appareils dédiés au fret aérien, dont le volume sera supérieur à celui du continent européen. La Chine dont la flotte en 2006 était composée de 12 unités, comptera aux alentours de 280 appareils en 2026, l'autorisant à accroître sa puissance logistique.

Dans ces conditions et quelque soit le devenir des anciennes puissances économiques, telles que les USA ou le continent européen, il y aura un après casino et une obligation d'ériger un aéroport supplémentaire auquel les autorités gouvernementales de l'époque en 2002, avait renoncé davantage préoccupées par des considérants relevant de politiques domestiques, que des impératifs économiques internationaux.

L'aéroport de Roissy, occupe le second rang de la hiérarchie aéroportuaire européenne et la sixième place mondiale avec 58 millions de passagers annuels soit 500000 mouvements l'an et 2 177 311 tonnes de fret acheminé (1 passager = 10 kgs de fret), mais disposant d'un potentiel opérationnel s 'élevant à 3.5 millions de tonnes, 700 entreprises sont présentes à Roissy, employant 72 000 salariés. La capacité maximale actuelle de la zone CDG est de 80 millions de passagers, soit 800 000 mouvements l'an, alors que l'on prévoit que le nombre de passagers en 2030, sera équivalent à 120 millions, soit 1 100 000 mouvements l'an sur Roissy, dont la saturation est déjà engagée. Car si les extensions successives ont permis d'absorber ces augmentations des flux passagers et fret, les limites de cette infrastructure ne sont extensibles à l'infini de par l'existence de populations réticentes à accepter un prolongement des nuisances, que génèrent la proximité d'un tel ouvrage.

Cet emplacement est surtout la zone de profitabilité de la compagnie aérienne nationale, dont la stratégie s'est concentrée sur la réalisation d'une plateforme (HUB de Roissy CDG) à partir de laquelle ses mouvements aériens continentaux sont organisés . Le développement de cette entreprise est contingenté par les capacités de son lieu d'exploitation à s'étendre en fonction de l'essor de l'acheminement des biens et des personnes. En conséquence lorsque Roissy CDG, aura atteint son apogée maximale, l'entreprise nationale d'exploitation aérienne, ne sera pas en aptitude de perpétuer sa croissance.

Le négoce international délimité jusqu'à présent par les économies européennes et américaines devra accueillir d'autres protagonistes comme l'Inde, la Chine, le Vietnam, le Brésil, la Russie, l'Afrique du Sud...Soit 3 milliards d'individus accédant au développement et élargissant les dimensions et les distances entre ces diverses entités économiques, sachant que 1 million de passagers supplémentaires initie la création de 1 000 emplois directs et 4 000 emplois indirects.

Dans ces conditions, il devient impératif d'évoluer vers un troisième site aéroportuaire, dont le lieu se situait à Chaulnes en Picardie au début de ce siècle, mais fut prestement évacué en 2002 à la faveur d'une majorité vainqueur de la précédente.

L’Oise et en particulier les territoires comme la CAC, Pierre Sud Oise, Aire Cantilienne, l'ARC, la Ruraloise etc.. sont directement concernés par ces évolutions économiques et en l'occurrence les perspectives préfectorales, paraissent en deçà des défis à relever, tant leur caractère idéologique y est affirmé.

L'INTERMODALITÉ

Précédemment nous nous sommes attardés sur trois modalités: terrestre, ferroviaire et aérienne une autre d'entre elles est présente dans l'Oise mais son importance fut minorée par les décideurs politiques du département, le fluvial. En effet elle permet d'entreprendre le report modal avec l'aérien, le ferroviaire et le terrestre. Cette qualité est le propre de ce département sillonné par la rivière Oise, dont les potentialités seront rehaussées avec l'achèvement de l'ouvrage reliant la Seine à l'Escaut en 2016 et permettant la navigation d'embarcations de 180 mètres de long, avec une capacité d'emport de 3500 tonnes.

la_vieille_montagne0.jpg

L'intermodalité urbaine que la ville de Creil adoptera peut être, sera tributaire de la gestion de la logistique urbaine, rationalisant les flux des personnes et des biens à travers la ville, dont la progression devra s'affranchir de certaines entraves, qu'actuellement sa topologie ne lui permet pas de domestiquer. S'en remettre uniquement au positionnement d'infrastructures en omettant le tétra-flux (terrestre, aérien, ferroviaire et fluvial) et ses conséquences sur la mobilité urbaine dans le creillois, serait un non sens. L'intermodalité ne s'appréhende que dans l'intercommunalité. Capture1.png

Partage

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet