Colère et Espoir60

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

LE SAPITEUR DE MONTATAIRE Par Habib ABBA-SIDICK

roneojpb.jpgEn résumé, le comité Montatairien de Colère et Espoir60 a sollicité de la municipalité de Montataire, par son représentant, la liste électorale et les comptes administratifs de la ville produits entre 2008 et 2012. Une requête similaire a été adressée à l'hôtel de ville de Clermont par le responsable de Colère et Espoir60. Son premier magistrat, certes sans enthousiasme, mais en définitive avec élégance, s'est conformé à la loi et nous a remis gracieusement l'ensemble des documents.

L'estimation présentée par la municipalité de Montataire, réclame un montant de 370.20 euros TTC, concernant la duplication des documents sollicités et précise que ce labeur occupera pendant 3h30 à 52.50 euros, soit 15.90 euros de l'heure, un agent préposé à cette mission. Obtenir les comptes administratifs de la ville de Montataire est très onéreux.

Un esprit démocratique prégnant et surtout dissuasif, lorsque que vous souhaitez des informations sur la gestion de la ville par ses élus, y règne. À ce tarif, les Montatairiens ne doivent pas se précipiter fréquemment sur les comptes de la ville, d'autant qu'il semble que la numérisation est encore en gestation à Montataire et qu'on lui préfère la ronéo, le ronénotypiste, la division de la besogne et « un raton-laveur », comme aurait dit un de nos glorieux ancien.

L’arrêté du 1er octobre 2001 autorise effectivement une municipalité à délivrer les documents sous la forme d'une reprographie traditionnelle (0.18cts). D'évidence, le représentant de la municipalité Montatairienne privilégie cette usage du numéraire, vecteur d'une démocratie qu'il s'essaiera à célébrer en battant le pavé parisien le 5 mai à la gloire de la VI ième république, laquelle promet d'être dispendieuse lorsqu'elle est représentée par une telle incarnation et interroge surtout sur ses réelles convictions, que nous estimons relever davantage de l'OPCOM, que du frémissement révolutionnaire.

Le premier magistrat de cette municipalité a jugé inconvenante la constitution du comité local Colère et Espoir60. Car évidemment nous relevons de cette progéniture usurpatrice, mise au monde n'en déplaise, par le Front de Gauche en 2010. Depuis 1945, cette municipalité a été gouvernée par le PCF et la succession de ses premiers magistrats narre l'histoire de ce que l'on nomme «la gauche». À l'origine, les radicaux-socialistes surnommés par leur diminutif affectueux les radsocs, puis les socialistes de la SFIO, longtemps désignés sous le vocable des « sociaux traîtres » par la gente communiste, à l'époque où le PCF débute son magister, lequel n'est pas encore achevé, mais dont il tutoie sous l'appellation du FDG, le funeste. Les prochaines élections municipales, en cette matière, délivreront leur verdict et nous apprendrons, si la séquence PCF-FDG se perpétuera ou sera estoquée.

Il faut l'admettre, le premier magistrat de la municipalité de Montataire n'est pas un zélateur de l'e-mairie et encore moins un adepte de la transparence. Il préfère être en la circonstance un sapiteur, lequel pourra à loisir exercer sa dialectique, lorsque son trésor industriel aura été anéanti par la rapacité de ceux qu'il fustige, excusant ainsi son absence de réflexion en matière de développement économique de substitution, laquelle aurait pu amortir une situation prévisible, plutôt que d'abandonner le devenir de Montataire aux décisions des multinationales, dont les sièges sociaux sont situés aux antipodes de Montataire.

Partage

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet