Colère et Espoir60

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

LES USA OU LA PERPÉTUELLE BELLIGÉRANCE Par Habib ABBA-SIDICK

belligerance_perpetuelle.jpgÀ l'époque des blocs Est-Ouest, la belligérance était supportée par les arsenaux nucléaires possédaient par les puissances détentrices de cette technologie. Au nombre d'entre elles, l'URSS et les USA épandaient leur hégémonie. La France, le Royaume-Uni et la Chine, étaient à la fois trait d'union, allié ou puissance en devenir, disputant cette prépondérance bilatérale fondée sur la quantité d'ogives détenue et l'emblème d'un libéralisme permissif ou d'un communisme attentatoire aux libertés, selon les propagandes propagées.

En 1945, les USA «garant du monde libre» après la reddition de l'Allemagne, devinrent l'unique puissance militaire et financière occidentale, le continent européen exsangue, submergé par les destructions massives, ne pouvaient pas prétendre à se relever sans l'apport financier des USA, lesquels s'étaient déjà largement rétribués entre 1940 et 1945 grâce au «Cash and Carry» ou «Prêt-Bail». L'ensemble des nations belligérantes ayant trouvé accueil en Grande-Bretagne, s'approvisionna en matériel militaire auprès des USA, mais ce soutien était assorti d'une clause financière. Ainsi la Grande-Bretagne acquitta ces livraisons au comptant, la France après la libération, lorsqu'elle récupéra ses réserves aurifères, évacuées avant la l'occupation du territoire nationale par l'Allemagne et l'URSS fut soumise tout autant à des conditions similaires. Par conséquent, le second conflit mondial était surtout une affaire de rentabilité financière, concernant l'économie des USA. Il leur permit d'ériger un vaste complexe militaro-industriel, à l'abri duquel de colossales fortunes s'édifièrent.

Au début des années 60, leur intervention au Vietnam, après le revers subit par les troupes coloniales hexagonales à Dien Bien Phu en 1954, initia des expéditions militaires systématiques à Saint-Domingue en 1963, auparavant en Corée, où les USA avaient mobilisé une coalition internationale dont la France, partie s'opposer à «l'expansionnisme» de la Chine populaire, avec en corollaire la division de ce territoire, comme au Vietnam où cette séparation territoriale, issue des accords de Genève consacrant l'expulsion de la France du sud-est asiatique, fut entérinée par l'occupation des troupes US de la partie méridionale de cette nation jusqu'en 1975, où elle recouvrit son unité avec le départ des forces militaires américaines.

L'URSS, était le prétexte, «le spectre du communisme hantait la planète», le goulag, les sovkhozes et les kolkhozes guettaient toutes les nations, acceptant l'expression des organisations communistes assimilées à l'URSS, dont la propension à tuteurer d'autres territoires était incommensurable. Les USA, sauveur suprême, préservaient le monde du totalitarisme, représentaient l'étendard de nos libertés et permettaient à son complexe militaro-industriel, dénommé «le triangle de fer» (en rapport avec la relation triangulaire existante entre le congrès le pentagone et les entreprises) de prospérer. (Boeing, Douglas Aircraft Company, Lockheed, Bell, Curtiss, Northrop Grumman, AeroVironment, Raytheon, General Dynamics, L-3 Communications, United Technologies)

Cette configuration s'est délitée avec le remembrement de la RDA et de la RFA en 1989, ainsi que la dislocation de l'URSS en 1991. Une puissance unique revendiquait la suprématie, les USA, avec leur complexe militaro-industriel, leur devise de réserve internationale : le dollar, leur politique d'accaparement systématique des hydrocarbures et une idée très particulière de la démocratie au crépuscule du XX ième siècle.

Mais la perpétuation de ce complexe militaro-industriel exigeait un autre «ennemi-prétexte»........

Partage

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet