Colère et Espoir60

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

LA MAFIACRATIE Par Habib ABBA-SIDICK

3177974644_0979fc6f01_o.jpgPendant que les partisans de Donald Trump célèbrent leur triomphe, les néocons s’activent et n’ont sûrement pas renoncé à leurs perspectives initiales, considérant ce revers comme une simple anicroche.

Déjà Georges Soros et ses ONG toutes dédiées à l’éradication des vestiges du socialisme et à la béate vénération de sainte démocratie, incitent ses sicaires dont la science en ce domaine n’est plus à démontrer au Caire, Tunis, Tripoli, Prague, Kiev, Moscou, Skopje, Caracas, à récuser la résultante de la récente joute électorale américaine ayant sèchement désintégrer sa créature, pourtant promise à s’adjuger la Maison-Blanche.

À ce propos, ces extraits (ici) et (là) en prime dont on ne peut se dispenser, tant la certitude de ce système alliant mensonges et prévarication, suggère que sa puissance est inaltérable.

Cependant en Syrie, l’Armée Arabe Syrienne, la Fédération de Russie, le Hezbollah libanais et les pasdarans iranien ont débuté une offensive d’envergure, sur le pourtour d’Alep, leur permettant d’intensifier leur emprise sur cette cité, dont l’objectif est de détruire le Front Al Nosra lequel occupe les lieux depuis 2012.

D’après les sources militaires de la Fédération de Russie, les milices du Front Al Nosra auraient utilisé comme à Mossoul et antérieurement à la Ghouta en 2013 des substances de synthèse contenues dans des ogives propulsées par des mortiers artisanaux sur les populations résidentes d’Alep, similaires à celles identifiées en 2013 dans la Ghouta à proximité de Damas.

Manifestement, le gouvernement hexagonal est moins enclin à dénoncer cette situation mettant en cause ses suppôts du Front Al Nosra.

À l’instar des précédentes suspensions des hostilités, le Front Al Nosra a été ravitaillé en matériels militaires, réapprovisionné en munitions par ses soutiens habituels : France, USA et Grande-Bretagne lesquels utilisent les voies souterraines sinuant à travers Alep et étayées par les miliciens d’Al Nosra, que les aéronefs de la Fédération de Russie ont méthodiquement pilonné anéantissant leurs capacités offensives.

La Turquie est décidée à intervenir à Al Bab située au Nord d’Alep avec le déploiement de L’ASL (Armée Syrienne Libre) devenue un alias que l’on ressuscite au gré des ambitions des puissances intervenantes. Création des services hexagonaux en 2011, exterminée par le Front Al Nosra sur ordre de la Maison Blanche, restaurée par les responsables turcs disposés à leur remettre la Ville d’Al Bab dès sa conquête achevée, avec comme mission déclarée de s’opposer aux milices kurdes du PKK syrien, en l’occurrence les YPG.

Syrie-carte-de-la-Syrie-Turquie-Iraq-Jordanie-Israel-Liban-Moyen-Orient.jpg

Il serait surprenant que la République Arabe Syrienne et la Fédération Russe autorisent la Turquie à exécuter cette manœuvre, en dépit des accords entre la Fédération de Russie et la Turquie à laquelle aucune confiance ne peut être dévolue, car probablement que l’objectif inavoué serait de soutenir le Front Al Nosra à la dérive à Alep, en prenant à revers l’Armée Arabe Syrienne.

Les Néocons et leurs alliés objectifs européens, bien qu’ébranlés, ne présument aucunement d’une prochaine capitulation, malgré le désaveu infligé par des électeurs rétifs à leurs prétentions hégémoniques. D’ailleurs, on peut s’interroger sur ces prétendus démocrates prônant la démocratie, laquelle ne serait en définitive qu’un prétexte meurtrier permettant l’élimination des institutions républicaines des nations. Désormais, ils s’opposent au verdict du suffrage universel, lorsqu’ils rencontrent l’insuccès, en fustigeant un adversaire exhibé comme "sexiste", "raciste", "misogyne" et "anti-arabe", mais évacuant de leurs discours les ravages de leurs œuvres.

100 000 000 de personnes inemployés aux USA, parmi elles 30 000 000 côtoient les associations de charité, des villes inhabitées devenues spectrales. Évidemment, les statistiques officielles n’évoquent pas cette réalité que « la première économie planétaire » ne peut révéler. Les millions de réfugiés du Proche-Orient et d’Asie médiane submergeant le rival européen avec la bénédiction des organisations mafieuses entretenues par la CIA, les ONG de Georges Soros, mentor d’Hillary Clinton, et la complicité active de l’Allemagne.

Des transhumances humaines initiées par les Néocons et leur stratégie de dévastation exécutée par Al Qaïda, Daesch, Al Nosra s’en prenant aux supposés tyrans de Libye, d’Irak et de Syrie ou auparavant de Yougoslavie. Installant des milices maintenant l’instabilité permanente, permettant au trio USA, France et Grande-Bretagne, d’organiser le siphonnage des ressources naturelles (méthane, Hydrocarbures) ou comme en Afghanistan la production et l’acheminement de stupéfiants constituant une des sources du financement occulte de la CIA, sous la supervision des forces militaires internationales réputées procéder à l'élimination de fondamentalistes les talibans, soutenus par le Pakistan inféodé aux USA.

Davantage encore au Mexique, où la CIA préservent les cartels et les autorisent à se répandre sur le territoire des USA , générant ainsi de substantiels profits s’affranchissant de la surveillance du congrès, lequel en ce domaine est souverain, car les opérations de la CIA , en principe, ont l’obligation de recevoir son approbation antérieurement à leur réalisation. On serait incomplet, si on ne relatait pas l’ingérence des Rothschild dans l’acquisition de la HSBC véritable machine à nettoyer le cash de la CIA initiant les processus de déstabilisation ou permettant à une candidate de briguer l’investiture à la présidence des USA .

Parfois, il ne suffit pas d’avoir les moyens, encore faut-il se rappeler que le peuple, malgré tout, existe encore et il arrive aussi que la mafiacratie soit impuissante à le berner.

interparagra.gif

Partage

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet