Colère et Espoir60

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

LA PACOTILLE PRÉSIDENTIELLE Par Habib ABBA-SIDICK

ob_afb6b5_194555105-6238d2f2-46ae-4d55-b3e0-8ad5.jpgLe bastringue médiatique s’extasie sur le candidat qu’il était, devenu président, s’en tient avec méthode à ses intentions initiales. Preuve, si il en était que son irréprochable droiture le désignait à poser son séant sur l’auguste trône présidentiel.

Soit ! on pourrait souscrire aux propos de ses thuriféraires, si l’on s’en remettait à la narration de son extraordinaire odyssée laquelle répand dans les chaumières de l’hexagone que l’anonyme impétrant est parvenu à triompher d’une classe politique apocryphe par la grâce d’annonces novatrices et salvatrices se distinguant de ses rivaux tout en exerçant une fascination sur les électeurs propices à lui rallier….. moins d’un quart d’entre eux.

Dommage, l’histoire aurait été attractive mais déjà les certitudes qu’elles déploient sont dévastatrices, car elles ne sont que l’ampliation des précédentes réformes, toutes aussi destructrices, que celles que ses prédécesseurs ont appliquées avec insuccès.

Elles ont la même origine, la Commission Européenne et ses exigences annuelles que chaque adoubé par le suffrage universel a mis en œuvre depuis 2007 avec la ferme volition de déliter l’architecture sociale de cette nation. On s’excusera à posteriori des stratégies que l’on présentera comme erronées, mais qu’importe l’acquis aura été altéré et en cela l’objectif aura été atteint. Le CICE en la matière est exemplaire.

D’ailleurs, les exégètes du pensum présidentiel devraient avoir quelques modesties à se parer des vertus appartenant à une Commission européenne souveraine édictant ses oukazes néolibéraux à la manière des apparatchiks délivrant leurs sentences sans appel.

En 2015, dans un article publié sur ce blog nous pronostiquions que la prochaine réforme désagrégerait le SMIC, selon l’impératif de la commission européenne et nous ne prétendions pas être devin, le document de la commission européenne était explicite et directif :

"La France est l'un des États membres où le coût du travail est le plus élevé " TRADUCTION " En France, les dérogations au salaire minimum obligatoire sont peu nombreuses et des efforts supplémentaires devraient être consentis pour réduire les coûts salariaux pour les groupes vulnérables ". L’absurdité disputant à l’imbécillité la palme du cynisme.

Comment la commission européenne et l’ensemble des gouvernements européens peuvent-ils penser que la paupérisation de leurs salariés sera un facteur leur permettant de générer de la croissance et à priori concurrencer l’axe eurasien ? En revanche, que ces politiques délibérées favoriseront, au détriment du bien-être des populations, les multinationales européennes et américaines sur le continent européen sont des certitudes intangibles.

D’autres, pas mieux intentionnés, ont le tort de s’enfermer dans des vérités prétendant que l’appauvrissement est générateur de révolutions, alors que l’expérience a démontré leur inanité. En l’occurrence, le capital et les apprentis-révolutionnaires ont trouvé matière à justifier leurs errements communs, pendant que l’histoire accompli l’inéluctable transformation du monde dont ils seront en définitive exclus.

interparagra.gif

Partage