Colère et Espoir60

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

LES VÉRITÉS DE JAMES COMEY Par Habib ABBA-SIDICK

Op-Trump-1-702x336.jpgLe témoignage de James Comey ancien responsable du FBI devait être accablant concernant le président Donald Trump et démontrer qu’il était un agent au service de la Fédération de Russie car son entourage proche aurait eu des liens avec des agents des services russes.

L’ensemble de cette forgerie débute le 14 février 2017, le New York Times publiait un article révélant que des proches de Donald Trump appartenant à son comité de campagne entretenaient des relations avec des personnes soupçonnées d’appartenir aux services russes.

Ces allégations proviendraient de la surveillance électronique exercée par la NSA sur le candidat Donald Trump, en pleine campagne électorale, l’opposant à Hillary Clinton, ancienne ministre des relations extérieures du président Barack Obama.

L’ordre de procéder à ce suivi électronique et à sa divulgation relevaient exclusivement de Barack Obama en tant que président des USA. Susan Rice la responsable de la sécurité nationale auprès du président a reconnu depuis, avoir ordonné le décryptage des interceptions électroniques des conversations du candidat Donald Trump authentifiant les relations supposées avec des personnes prétendument identifiées comme des agents russes.

Selon le droit américain le président Barack Obama ne pouvait pas utiliser les ressources de la NSA en matière d’intelligence en ayant comme objectif de surveiller un adversaire politique. Susan Rice en se dénonçant permettait au président Barack Obama de se défausser et d’échapper à une mise en accusation.

La NSA à la possibilité de détourner tous les flux électroniques émettant sur la planète, l’ensemble de ces informations sont cryptées et leur traduction intelligible doit recevoir l’autorisation de la justice, ce dont Susan Rice s’est dispensée et qu’elle a disséminé auprès du New York Times, de CNN et du Washington Post.

Le New York Times est une publication entièrement investie par les néocons et intégralement inféodée à Hillary Clinton que l’ancien responsable du FBI James Comey juge comme l’instigatrice de cette campagne de presse menée en connivence avec le washington Post accusant le président Donald Trump de collusion avec la Fédération de Russie.

James Comey interrogé par un membre de la commission sénatoriale ce 8 juin 2017 :

Lecteur vidéo intégré

Sénateur Tom Cotton: Le 14 février 2017 le New York Times publia un article titrant en une : " Des membres du comité de campagne du candidat Donald Trump ont eu des relations réitérées avec des agents russes " Plutôt, lorsque nous vous avons demandé si vous pensiez que ce récit était inexacte, vous nous avez répondu que " dans l’ensemble il l’était ". Serait-il juste de prétendre que ce récit est «presque entièrement faux?»

James Comey:  "Oui"

Hillary Clinton a toujours attribué son insuccès électoral à une intrusion des services russes l’ayant délesté d’une partie de ses courriels que wikileaks publiera et parmi lesquels certains d’entre eux exhibés la mention " Top Secret ". En l’occurrence, ils n’auraient pas dû être hébergés par son serveur privé, mais demeurés sur celui du ministère des relations extérieures réputé ultra-sécurisé.

Au cours de son intervention auprès de la commission sénatoriale le 8 mai 2017, James Comey a révélé que Loretta Lynch (ministre de la justice de Barack Obama) lui avait ordonné de ne pas utiliser le terme d’ "investigations d’ordre criminel " à propos des courriels d’Hillary Clinton, mais qu’il était préférable qu’il en atténue la qualification en usant de l’expression " la question des courriels d’Hillary Clinton ".

James Comey n’a pas été remercié par le Président Donald Trump parce que ce dernier avait l’intention de neutraliser les investigations que le FBI avait diligenté à propos de la proximité que certains de ses proches entretenaient avec des responsables des services de sécurité russes comme l’ont relaté le New York Times, CNN, le Washington Post et dont les inexactitudes délibérées ont été propagées par la presse hexagonale n’omettant jamais de soutenir les thèses des Néocons.

James Comey, dans l’affaire des courriels d’Hillary Clinton, avait pris la décision de mettre un terme aux investigations que le FBI perpétuées sur ce sujet, alors que la décision appartenait au ministre de la justice nommé par le président Donald Trump, lequel en dépit de ses prérogatives ne parvenait pas à obtenir de James Comey qu’il persévère en cette matière.

À contrario, de ce que les médias hexagonaux nous serinent, lorsqu’ interrogé par le Sénateur Richard Burr sur les tentatives supposées du Président Donald Trump d’interférer dans les investigations du FBI se focalisant sur les relations que certains membres de son entourage avaient avec des représentants de la Fédération de Russie, James Comey est catégorique :

Lecteur vidéo intégré

Sénateur Richard Burr : "Directeur Comey, Le président vous a-t-il systématiquement sollicité de mettre un terme aux investigations du FBI sur la participation de la Russie aux élections américaines de 2016 ".

James Comey:  "Pas à ma connaissance, non"

Sénateur Richard Burr : " Des fonctionnaires de cette administration, y compris ceux du ministère de la justice, vous ont ils réclamé de mettre un terme à vos investigations sur la Russie. "

James Comey : " Non "

Il semblerait que les propos de James Comey, l’ancien responsable du FBI, soient très éloignés de la relation délivrée par les médias nationaux, dont la version restitue la narration des Néocons s’opposant à tout rapprochement politique avec la Fédération de Russie lequel en advenant désagrégerait l’édifice militaro-financier régnant sur les USA depuis 1917.

Les thèses des Néocons que nous servent les médias hexagonaux inféodés et en particulier télévisuels révèlent la puissance dont ils disposent à travers l’appareil informationnel, mais gageons que leur activisme frénétique sera réduit lorsque l’effondrement de la mafia clintonienne sera accomplie.

interparagra.gif

Partage

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet