Colère et Espoir60

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

LES VALETS SE TIENNENT DANS LES ÉCURIES Par Habib ABBA-SIDICK

LogoCOLERE_ET_ESPOIR6031.pngLes USA, par leur ministre des relations extérieures, annoncent qu'ils seraient prêts à négocier avec le président de la république arabe de Syrie. On s'étonnera encore et toujours de la maestria des USA à user de ce cynisme, dont ils ont tellement abusé par le passé.

Leurs vassaux, au nombre desquels le gouvernement hexagonal socialiste élu en 2012, semble découvrir la duplicité de leur allié et maître l'abandonnant en rase campagne.

En 2011, au détour de quelques brèves nos zélés propagandistes que sont les médias nous informèrent qu'un mouvement « révolutionnaire », dans le sillage du « printemps arabe » avait débuté en Syrie. « Une opposition structurée » revendiquait l'effacement du dirigeant en titre de la Syrie. Manifestations et répressions dégénéreront en affrontement militaire et opposeront l'AAS (Armée Arabe Syrienne) à l'ALS (Armée Libre de Syrie) soutenue principalement par la France, le Qatar, l'Arabie Saoudite et accessoirement par les USA, la Turquie et Israël.

Pourtant, à l'origine il était question d'une lutte révolutionnaire émancipatrice intra- syrienne. Les USA, avec la retenue de la Turquie, du Qatar, de l'Arabie Saoudite et d'Israël élimineront l'ASL, achevée militairement par les assauts de l'AAS, privée du soutien hexagonal, succombant aux injonctions des USA, lesquels favorisaient l'émergence d'Al Nosra, désigné comme une succursale d'Al Quaïda et transformeront un soi-disant mouvement « révolutionnaire émancipateur » en une fable théologique. Al-Nosra se revendiquant comme le vecteur de la résurgence du califat, après leur allégeance à une autre créature de la CIA, l'EI.

L'EI doté de puissants moyens militaires (on rappellera que ni l'Irak ou la Syrie ne fabriquent de matériels militaires et par un diabolique hasard, l'EI s'emparera de vastes entrepôts militaires en Irak, que les USA avaient constitués et désertés) et dont les objectifs, au-delà d'une phraséologie théologique tronquée, diligentée par le royaume wahhabite et le Qatar, étaient de s'approprier de vastes territoires non dépourvus de valeur ajoutée entre l'Irak, le Kurdistan et la Syrie. Ce butin constitué principalement de naphte leur permettra en collusion avec des compagnies occidentales de céder des cargaisons d'hydrocarbures à des tarifs préférentiels. Un véritable acte de gangstérisme supporté par des nations prétendant, néanmoins, étendre la démocratie à l'ensemble de la planète.

La représentante de l'Union européenne à Bagdad annoncera que des nations membres de l'UE acquièrent des hydrocarbures en provenance des zones neutralisées par l'EI (Déclaration du 14 septembre 2014 au parlement européen), tandis qu'Exxon-Mobil et l'ARAMCO compagnie d'extraction et de commercialisation saoudienne participeraient à ce brigandage, ainsi que la Turquie via le territoire fantoche du Kurdistan octroyé par les USA aux milices peshmergas du PDK après l'occupation de l'Irak, lors de l'opération « Tempête du Désert », permettant à l'EI d'amonceler de substantiels profits et de perpétuer ses actions dévastatrices et meurtrières.

Des « révolutionnaires d'opérettes » mais de véritables assassins, entretenus à l'origine par l'hexagone se muant en sicaires au nom d'un islam syncrétique, falsifié par les théologiens wahhabites et qataris et présenté à l'opinion publique comme une religion dont les adeptes sont des massacreurs, jetant ainsi l'opprobre sur l'ensemble des musulmans.

Opérant au service des USA, menés par les néo-cons, supportés par la CIA et les compagnies d'hydrocarbures des USA, planifiant les hypothèses issues d'un ouvrage intitulé « The Choice : global domination or global leadership » rédigé par un ancien responsable américain à la sécurité nationale, d'origine polonaise, assistant du président Carter et dont les objectifs n'étaient sûrement pas l'émergence de la démocratie, mais seulement en cette occurrence, un prétexte à spolier l'Irak et la Syrie de leurs ressources fossiles naturelles.

On est très éloigné des allégations que le gouvernement socialiste actuel nous délivre quotidiennement, en prétendant que la croisade déjà entamée par les prédécesseurs UMP et jamais remise en cause par le PS après son avènement, avait vocation à favoriser la démocratie, ce pis-aller au service de l'exaction, s'opposant au « boucher de Damas », lequel a dû s'affronter à une pseudo-rébellion fomentée de l'extérieur par les puissances impérialistes occidentales. Dans ces conditions, la proposition récente des USA de négocier avec le Président de la République laïque Arabe Syrienne, s'apparente désormais à un aveu. En s'identifiant, les USA souhaiteraient ils mettre un terme à cette pantomime meurtrière ? Reléguant les valets à leur véritable place et les fameuses « révolutions » à de simples scenarii d'officines ayant mal tourné.

Par le passé, les mouvements révolutionnaires négociés in personam avec leurs adversaires. L'évacuation du Vietnam par les troupes américaines s'est négociée à Paris entre les représentants du FNL (Front National de Libération du Sud Vietnam) et la puissante occupante du moment les USA, la lutte d'indépendance du peuple algérien a mis en présence le FLN (Front de Libération Nationale) et le gouvernement français de l'époque. Aujourd'hui les révolutions au Moyen-Orient débutent en studio avec Al-Djazira et quelques figurants, comme cela s'est produit avec la Libye et la Syrie et se terminent avec l'intrusion des véritables commanditaires en lieu et place des supposés révolutionnaires. Décidément même les révolutions deviennent « moderne».

Partage